LE CHEMIN PARCOURU

chemin1CHEMIN2

Hier matin, j’ai déposé mon fils à la crèche

Il m’a serré fort contre lui avec son doudou dans les mains, a voulu descendre, et puis le voilà en route pour jouer avec ses copains.

J’ai fermé la porte. Pousser le portail. Refermer le portail.

J’allais partir sans demander mon reste et puis l’instant d’après, j’ai tourné le dos, puis le visage.

Et je l’ai vu.

Il faisait sa vie.

Je l’ai trouvé grand tout d’un coup.

Pour ne pas dire immense.

Incroyable, c’était hier quand, par un matin d’avril, j’amenais ma fille dans cette même crèche. Avec mon fils de quelques jours, au chaud, tout contre moi.

Et là, en un claquement de doigt, mon bébé est un garçon qui marche, commence à parler, s’amuse de tout, chante, câline son doudou et attrape les mains des filles

O H   M Y   G O O D N E S S !

Hier soir, après le repas, j’ai dessiné avec ma fille

Comme tous les soirs, elle prend ses feutres, ses cahiers et autres feuilles volantes pour dessiner

Mais surtout pour écrire

Elle est absorbée par l’écriture et le dessin en ce moment

Elle connaît les lettres de l’alphabet et les chiffres

Essaye de les reproduire, inlassablement, sur sa feuille.

Elle écrit son prénom et son nom sans aide et termine son oeuvre en faisant un . !

Et lorsque l’on est sur le chemin de l’école, elle s’arrête devant les vitrines ou les journaux et me dit, fièrement, :

 « Maman, ça c’est un F ! F comme Fleur! »

Elle me parle aussi beaucoup de ses dents qui vont tomber un jour ou de la mort qui arrive quand on est « vieux »

Elle commence à vouloir se poser, à discuter de choses et d’autres

Elle s’intéresse à tout, elle est curieuse et s’énerve lorsqu’elle ne comprend pas ce que je lui explique

Mon minuscule bébé est entrain de devenir une grande fille.

Celle que je rêvais d’avoir

Celle qui me ressemble tant

J’aime la personne qu’elle est entrain de devenir

Je suis si fière d’elle

J’aime quand elle est douce avec son frère, tendre avec son père, câline avec moi et ferme avec ses copines

Elle est exactement comme je l’imaginais lorsque j’étais enceinte d’elle.

C’est un sentiment étrange d’ailleurs

Une sorte de copier / coller

L I F E      I S    T O O    S H O R T     F O R    T H I S

Publicités

2 réflexions sur “LE CHEMIN PARCOURU

  1. Je t explique pas l’émotion l’autre jour quand j’ai vu saillir dans le cou de mon fils sa pomme d’Adam…il n’a que 13 ans, mince alors ?!!

  2. Je comprends tellement cette sorte de vertige de se dire que son enfant est tel qu’on le voulait (voire, pour ma part, les questionnements que ça suscite : est ce que je ne la mets pas à être comme ça sans lui donner le choix, malgré moi?).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s